L’hôtel Hi : fallait pas Hi aller…

L’hôtellerie française ressemble aux Français : elle est imparfaite mais pleine de charme. Parfois, elle est aussi de mauvaise foi. L’été dernier, enhardi par la lecture récurrente d’articles vantant la joliesse des lieux, j’avais décidé de m’offrir deux nuits à l’hôtel HI, à Nice.
Par Laurent Galiana.

©rienquepourlui.com

c’est beau mais petit

Sur Trip Advisor, j’avais constaté que le directeur de l’hôtel opposait un démenti formel à chaque mécontent, mais je me suis laissé convaincre : après tout, c’était un quatre étoiles.
À mon arrivée dans cet immeuble sans charme, j’ai refusé une chambre avec les toilettes en hauteur pour en accepter une, assez petite, sans bureau, avec un écran de télé minuscule. C’était donc ça, le design de Matali Crasset ?
Si les couleurs murales étaient jolies, les pieds du lit étaient orientés vers l’extérieur, comme une garantie de se cogner. La salle de douche, rappelant plus une chambre d’étudiant bricolée à la hâte, était un réduit, sans véritable bac à douche, avec inondation garantie. Aucun placard et un micro balconnet.

©rienquepourlui.com

heureusement la plage est a 10 minutes à pied

Sur le toit-terrasse de l’hôtel, je découvris aussi un bassinet exigu. Comment ne pas comparer avec les appartements en béton berlinois, loués une trentaine d’euros la nuit ? Ce serait cruel, car l’hôtel HI a deux atouts : un personnel qui défend bec et ongles le « concept », avec une dévotion louable, et une plage à dix minutes à pied, dont l’entrée n’est toutefois pas offerte avec la nuit à l’hôtel.
Cette chambre, via une réservation sur le site m’a été facturée 233,50 euros la nuit, avec le petit déjeuner et la taxe de séjour. Le « design » cache ici une capacité à bien vendre très cher un service moyen. Quant à la classification quatre étoiles, elle montre ses limites.

©rienquepourlui.com

version Deneuve 1974 ©studio Canal

Pour le même prix, dans la même ville et à la même période, j’aurais pu être dorloté dans l’hôtellerie « tradi ». Celle qui, comme les bourgeoises françaises, tient son rang et déçoit rarement.

Cette entrée a été publiée dans L'usage du monde, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *