La légende de la Reine Morte : une vraie histoire d’amour tragique

L’amour et la raison d’État n’ont jamais fait bon ménage : l’histoire de Pedro et d’Inès est celle d’un amour éternel où se mêlent douleur, sang et vengeance. Cet autre « Roméo et Juliette » à portée universelle s’est déroulé au Portugal, au milieu du 14e siècle.Pedro, rejeton royal est né à Coimbra en 1320. Coimbra, à mi-chemin entre Porto et Lisbonne, est alors considérée comme la capitale du royaume. Le jeune Pedro est élevé dans le château royal, aujourd’hui l’Université, classée depuis juillet 2013 au Patrimoine mondial de l’Unesco. Delà il peut distinguer de l’autre côté du fleuve Mondego,  le monastère de Santa Clara où est enterré sa grand-mère Isabelle, considérée par tous comme une sainte. N’a-t-elle pas fait apparaître des roses en plein mois de janvier ?

©rienquepourlui.comCe couvent désormais protégé par une digue, a subi des siècles durant les inondations répétées de la rivière. Il est l’un des plus importants chantiers archéologiques du Portugal. Les reliques de la Reine Isabelle, enfermées dans un sarcophage d’argent, toujours entourées de ferveur, se trouvent désormais au couvent de Santa-Clara-Novo, construit plus haut sur la colline au 17e siècle, à l’abri des crues.

©rienquepourlui.com Là, dans la clarté des cierges, on distingue la main intacte de la reine. Et tous les six ans le cercueil est ouvert par l’évêque qui vérifie l’état du corps.

Revenons au jeune héritier, Pedro. Il épouse en grande pompe Constance Manuel, fille d’un grand féodal, descendante des rois de Castille, de Léon et d’Aragon et lui fait un héritier. Mais les mariages princiers ne sont pas des histoires d’amour.
©rienquepourlui.comPedro trouve l’amour auprès d’une des dames de compagnie de sa femme, la belle Inès de Castro. Blonde, élégante on la surnomme « Colo de Garça », en hommage à son cou de cygne. Le coup de foudre du jeune prince est partagé par Inès. Mais leur amour, qui ne se cache pas fait désordre.
Le roi Alphonse IV ordonne alors l’éloignement d’Inès. Un an plus tard en 1346, Pedro ramène sa dulcinée au Portugal et s’installe avec elle, loin de la cour. En 1347,  Inès met au monde le premier né des quatre enfants qu’elle aura avec Pedro.
Quand Constance, l’épouse officielle, bafouée aux yeux de tous, disparaît en couche en 1354, Pedro est libre.
Le jeune veuf de 34 ans installe Inès en face de la cité de Coimbra, dans un petit palais à deux pas du couvent de Santa-Clara. Mais le peuple gronde, acceptant mal les amours adultères à deux pas du tombeau de la sainte Reine, d’autant que la peste, signe de la colère de Dieu fait son apparition.
Pedro, dit-on visite sa maîtresse près de la « fontaine des amours », désormais située dans les jardins d’un hôtel de luxe. Le lieu est en effet romantique à souhait : à l’abri du chaud soleil, un pan de mur envahi de lierre, troué de deux arches, derrière lequel murmure une fontaine, propice aux confidences les plus tendres…

Le roi, père de Pedro, se laisse alors convaincre que seule la mort d’Inès peut mettre un terme au scandale. Le 7 janvier 1355, Pedro embrasse Inès avant de partir à la chasse pour quelques jours. Non loin de là les trois émissaires du roi foncent à bride abattue vers Coimbra. Ils y découvrent Inès seule. Ils la décapitent. La tragédie est accomplie. Inès est enterrée à la hâte dans l’église Santa-Clara, tandis que les hommes du roi s’en retournent rapidement.
Pedro est fou de douleur, fou de rage. Il lève une armée contre son père qui marche à son tour contre son fils. La confrontation est évitée de justesse grâce à l’intervention de la reine-mère Béatrice. Comme un symbole, dans les portraits de Pedro et de son père exposés, comme ceux de tous les rois portugais, dans la salle des Grands Actes de l’Université de Coimbra, Pedro regarde à gauche, tandis que son père, caparaçonné dans son armure, regarde de l’autre côté.
Si le fils pardonne au père, l’amant reste inconsolable. Deux ans plus tard Pedro monte sur le trône. Le premier acte du nouveau souverain est de rechercher les assassins d’Inès. Pedro obtient qu’on lui livre deux des trois conseillers : Pedro Coelho et Alvaro Gonçales. Le troisième a eu le temps de fuir en Aragon puis en France.
Le nouveau roi fait immédiatement exécuter les deux meurtriers. La légende veut même que Pedro ait choisi une mort particulièrement horrible pour les deux exécuteurs des basses-œuvres. Puisque ces hommes lui ont brisé le cœur, il leur fera arracher le leur, l’un par la poitrine, l’autre par le dos. Une vengeance sanglante et brutale qui ne le soulage qu’un instant.
Car Pedro est à jamais épris de la belle Inès. En 1360, il jure sur les Evangiles qu’il a épousé en secret Inès de Castro. Inès était donc Reine, sa reine, et mérite tous les honneurs dûs au rang qu’on lui a toujours refusé au temps de sa splendeur.
©rienquepourlui.comAlors en avril 1361 le corps d’Inès est transféré en grande pompe du couvent de Coimbra vers le monastère royal d’Alcobaça où sont enterrés les monarques portugais. La tradition ajoute que Pedro fait placer le corps d’Inès sur le trône, pose une couronne sur son crane et oblige tous les nobles présents à embrasser la main de la reine morte.
Mais même ainsi Pedro n’en a pas encore fini avec son amour. Il fait construire son propre tombeau dont les détails sculptés rappellent son histoire d’amour avec Inès. À sa mort en janvier 1367, sa dernière demeure est placée face à celle d’Inès, pour qu’au jour de la résurrection, ils puissent se réveiller tous deux et que dès leur premier regard ils se retrouvent face à face, enfin réunis pour l’éternité.
Les deux somptueux sarcophages de pierre blanche des deux amants tragiques sont à découvrir dans le superbe et immense monastère Santa Maria Alcobaça. Cette visite mérite largement le détour (Patrimoine de l’Unesco).
Quant à l’histoire de la belle Inès, elle a depuis inspiré nombres de poètes et de dramaturges portugais, mais aussi français comme Henry de Montherlant qui écrit en 1942, sa pièce de théâtre La Reine Morte.

 

Plus d’infos sur le Portugal : Office de Tourisme du Portugal www.visitportugal.com

 

Cette entrée a été publiée dans L'usage du monde, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.
  1. liolillllioiliootierotlioier

    une belle histoire d’amour et cela traverse les siècles formidable
    ines liotier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>